On me pose souvent des questions sur ce type de porte-bébé. J’ai donc décidé de créer un petit article pour résumer l’essentiel à savoir.

Le sling (ou ring sling, écharpe sans nœud, écharpe à anneaux), est une écharpe courte (2m à la louche) terminée par 2 anneaux, qui permet de porter son enfant en le soutenant de l’intérieur des genoux à la nuque et en respectant sa physiologie. Le poids repose sur une épaule du porteur. Comme ça :

Mini-Druide en sling à 5 semaines

Les slings sont réalisés en tissu d’écharpe tissée (sauf un. Ne hurlez pas les JPMBB-fans, j’en parle plus tard).  Le réglage du maintient se fait grâce aux 2 anneaux, on passe le tissu comme dans une de ceintures en tissus.

Avantages :

  • Rapidité : On passe le sling autour de soi, anneaux sur l’épaule, on assoie le bébé dans le tissu, on remonte le tissu, on serre. Et voilà.
  • Praticité : Le sling peut se mettre sur soi sans bébé, sous un manteau. Il reste bien plat, et quand on veut porter l’enfant, on ouvre le manteau, et on installe. Il ne traine pas parterre parce qu’il est court. Pour ma part, c’est mon portage préféré d’hiver.
  • Dès la naissance et pendant longtemps : S’il y a un porte-bébé qu’on peut mettre dans la valise de maternité, c’est bien celui-là ! L’écart des jambes n’est absolument pas forcé puisque rien ne passe entre les jambes, c’est une bonne introduction au portage en écharpe puisqu’il permet d’apprendre à installer son bébé en assis-accroupi, sans avoir à faire un nouage qui peut rebuter les débutants. La limite de portage avec ça …? Quand l’épaule ne le supporte plus ? Mini-Druide en est à 12 kg, et je l’utilise toujours, sauf dans mes périodes de crises de douleurs de dos.
  • Portage de dépannage ou pour bébé curieux : L’enfant peut participer aux tâches du porteur.
DSC_0225

Urgence câlin-tétée, mais aussi urgence cuisine : L’allaitement d’un bambin en sling est super facile.

Inconvénients :

  • Poids sur une épaule : Ce n’est pas le genre de portage pour une balade de 3 heures, on est bien d’accord. L’idéal est d’être capable de porter sur les 2 épaules pour pouvoir changer régulièrement et ne pas se ruiner une épaule (oui, autant abimer les 2, ça rétablit la symétrie ! 😀 ).
  • Rien entre les jambes du bébé : C’est bien pour sa physiologie (surtout lorsqu’il est tout petit), mais c’est moins sécurisant. Il est nécessaire de bien créer une assis profonde afin d’être sûre que le tissu ne va pas remontrer vers le dos et le bébé … glisser vers le bas. C’est ce qu’on appelle le décapsulage, et certains petits sont champions en la matière !
  • Réservé au portage devant ou de côté : On peut porter au dos, mais ça n’est franchement pas l’idéal (et avec un tout petit, je ne m’y risquerais même pas). Le sling s’utilise devant ou en décalé sur le côté.

 

Les types de Sling : Oui, parce qu’en plus il existe plusieurs types ! On les différencie grâce à la façon dont sont cousus les anneaux. Il y a 2 catégories : Les plis cousus, et les plis non cousus.

Les plis non cousus, c’est pas compliqué. il y a juste un ourlet qui maintient les anneaux au tissu. Comme ça :

DSC_0176

3 ou 4 coutures empêchent les anneaux de se sauver.

Les plis cousus sont plus élaborés : Les plis sont d’abord marqués, ensuite on passe les anneaux dans le tissu, on le replie et on coud le tout. Du coup, la « patte » de tissu est plus étroite. Suivant la marque, les plis seront cousus plus ou moins serrés. Par exemple, babylonia fait des plis hyper serrés, et Néobulle des plus larges (la première photo de cet article, c’est un sling néobulle, justement).

photo 2

Plis marqués avant couture.

DSC_1763

Le sling fini. On voit bien que les plis sont pris dans la couture.

Les plis hybrides. Et ouais ! En fait y’a 3 types de plis ! Celui-ci est très peu courant en France. En fait, il y a 2 plis cousus à chaque extrémité de la largeur, et le reste est un ourlet classique. C’est un compromis entre plis cousus et non-cousus, pour ceux qui n’arriveraient à se sentir bien ni avec l’un, ni avec l’autre.

DSC_1143

Difficile de les voir, mais il y a 2 plis de chaque côté du tissu.

 

Bien. Super. Et donc, maintenant, on fait quoi ? On choisit comment ? Ca sert à quoi, d’avoir les plis cousus ou pas ?

L’intérêt de coudre ou non les plis, c’est d’avoir d’emblée un étalement du tissu différent sur son épaule. Avec des plis cousus, le tissu est resserré, il aura moins d’emprise sur l’épaule. Avec des plis non cousus, le tissu prend plus de place. Le porteur doit l’étaler et froncer comme il préfère pour ne pas être gêné. L’idéal est d’essayer les deux avant d’acheter, mais en général, on conseille aux épaules fines d’utiliser des slings aux plis cousus, et aux personnes aux épaules larges d’acheter plutôt des slings aux plis non cousus. Je ne sais pas ce que ça aurait donné si je n’avais pas de problèmes de dos-cervicales-épaules, mais pour ma part, je ne supporte tout simplement pas les plis non cousus. Je suis actuellement en train d’essayer des plis hybrides … pas convaincue pour le moment, je reste très attachée aux plis cousus.

J’insiste sur le fait qu’il est bon de pouvoir tester avant de choisir, surtout si l’on a des épaules sensibles. Finalement on n’a pas à choisir entre plis cousus/hybrides/non cousus. Le choix est un peu plus vaste, car les sensations sont différentes suivant comment sont cousus les plis. En ce qui me concerne, je reste attachée au plis cousus relativement étroits « à la Oscha« . Peu d’encombrement sur l’épaule, les anneaux peuvent être placés haut et le tissu se déploie large derrière l’épaule.

Tailles de sling :

Certaines marques ne proposent qu’une taille : Environ 1.80m du côté le plus court (oui, le tissu est la plupart du temps coupé en pointe). C’est la longueur suffisante pour la plupart des gabarits. C’est déjà long pour une personne petite (ex: 1.59m, mon sling m’arrive à mi-mollet). Pour les marques qui proposent plusieurs tailles – comme Natibaby par exemple – cette taille-là est la plus petite (S≈ 1,7-1,9m, M≈ 2,0m, L≈ 2,2m). Si vraiment vous doutez, prenez plus grand, c’est plus facile de couper et de faire un ourlet que d’agrandir …

Mon sling ultra-court. Zéro encombrement.

Le tissu :

Le tissu utilisé pour coudre un sling est du tissu d’écharpe de portage (sergé brisé, sergé croisé, jacquard …). Il en a donc les mêmes propriétés. Et comme pour les écharpes, suivant les marques ou les modèles, le tissu sera plus ou moins dense. Il existe à ma connaissance un seul sling réalisé dans du jersey, c’est-à-dire qu’elle n’est pas tissé, mais tricotée. C’est la Petite Echarpe Sans Noeud de JPMBB (ou PESN). Elle est souple et douce, légèrement élastique (en tout cas bien plus qu’une tissée). Idéale pour un nouveau-né, elle commence à montrer ses limites quand le petit devient bien lourd. On sent qu’il « rebondit » à chaque pas. Elle est à plis non cousus. Je n’ai pas eu l’occasion de la tester avec Mini-Druide, celui-ci étant déjà bien lourd lorsque j’en ai eu une entre les mains (et surtout il est encore plus fermé aux extensibles que moi !).

  • Habituellement, on réserve les tissus légers (<240g/m²) au portage des touts-petits. Parce qu’en grandissant, le bébé prend du poids, et le tissu a plus de mal à soutenir. Le risque ? Que le tissu cisaille la peau, apporte un certain inconfort au porteur, qu’il glisse un peu des anneaux et oblige à resserrer régulièrement. Ca ne veut pas dire qu’un sling léger est de mauvaise qualité, car il a aussi des avantages, notamment pour porter l’été puisqu’un tissu léger tient moins chaud. Le tissu léger s’assouplit – on dit qu’il se rode – aussi plus vite et devient alors tout doux, tout souple : C’est parfait pour un nourrisson.
  • Pour porter un bambin, on préférera des tissus moyens à denses (entre 250 et 300g/m²) afin d’apporter le maintient nécessaire et un meilleur confort sur l’épaule.
  • en cas d’épaules et/ou de dos douloureux, on peut même dépasser les 300g/m², mais c’est plus difficile à trouver.

En terme de composition du tissu, on va encore s’amuser ! A la base, il était prévu que le sling soit en coton. Bio ou pas, mais 100% coton. Mais finalement, certaines marques ayant commencé à varier les plaisirs pour les écharpes, elles en ont fait de même avec les slings. Aujourd’hui, soie, soie sauvage, laine, laine d’agneau, laine de bébé yack (!!), lin, chanvre, bambou, repreve (recyclage de je ne sais plus quoi) permettent d’apporter d’autres avantages au tissu (et la liste n’est pas exhaustive !).

Les laines apportent un intérêt thermique, chaud l’hiver, respirant l’été (mais bon, pas forcément en cas de canicule, non plus). La soie et la soie sauvage apportent de la douceur (et si elles sont bien filées et tissées, elles ne glissent pas), idem pour le bambou. Attention pour la viscose de bambou, elle n’est pas très soutenante. Il faudra donc choisir un sling bien dense pour porter un bambin déjà lourd dans un sling contenant cette matière. Le chanvre et le lin, outre leur légèreté en été, sont réputés pour leur maintient sans faille. En revanche, attention au risque de cisaillement sous l’aisselle ou sur l’épaule si le tissu est fin.

Quelques marques de sling :

Vous cherchez un type précis ? Sachez que Néobulle fait des plis cousus (larges), Storchenwiege, Didymos, Girasol, Fidella et Colimaçon & Cie, du non cousu. Lennylamb, Natibaby, Oscha, proposent les 2.

Voilà. Et l’avantage quand on sait coudre, c’est qu’on peut acheter n’importe quel sling. Un sling est facile à modifier … On peut même coudre un ou deux slings dans une écharpe qui nous plait.

Et pour apprendre à porter avec ? Rien de tel qu’un atelier de portage … !

 

Mon facebook par là

 

Publicités